L'ESSACA à l'Expo DUBAÏ 2020



« Paix, Industries et Arts » ; « Les Océans : l’Héritage du futur ; La Maison et son environnement – Science et technologies de l’Homme chez lui » ; « L’Ere des découvertes » ; sont autant de thèmes d’expositions universelles ayant été réalisées. Qu’est-ce qu’une exposition universelle ? Pourquoi et comment les expositions universelles ont-elles vu le jour ? Quels bénéfices les visiteurs peuvent ils tirer d’une exposition universelle ? Quel est l’apport de l’architecture et des architectes dans une exposition universelle ? Ces questions figurent parmi un grand nombre d’interrogations auxquelles se sont livrés sept étudiants de l’ESSACA et un encadreur, avant d’entreprendre un mémorable voyage pédagogique à l’Exposition Universelle Dubaï 2020 du 19 au 26 mars 2022.


La première exposition universelle s’est tenue à Londres du 01 mai au 15 octobre 1851 avec 25 pays participants ayant pour objectif de présenter au grand public les produits de leurs industries, le thème de l’exposition étant « Industrie de toutes les nations ». Depuis lors 63 expositions universelles se sont tenues dans différentes villes d’Europe, d’Amérique et d’Asie avec une fréquence moyenne de cinq années d’intervalle et une moyenne de 50 pays participants. Au-delà du thème général de l’exposition décliné par les différents pays participants dans chacun de leurs pavillons, le pays hôte se doit de réaliser au sein de son territoire d’accueil au moins un élément marquant support du thème de l’exposition à l’instar du Crystal Palace, de la Tour Eiffel, du Métro de Montréal et du Skyneedle, des expositions universelles de Londres 1851, Paris 1889, Montréal 1967 et Brisbane 1988 respectivement.




A l’origine destinées à démontrer le dynamisme industriel des pays participants, élément clé de leurs stratégies commerciales, les expositions universelles se sont muées en vitrine permettant de démontrer au monde la capacité des pays hôtes à organiser un évènement mondial d’envergure et d’améliorer leur image internationale. Aussi la compétition pour abriter une exposition universelle est-elle courue à telle enseigne qu’après lExpo Dubaï 2020 repoussée en 2021 en raison de la pandémie Covid-19 et ayant pour thème ‘Connecter les esprits et construire le futur’ et le Musée du Futur parmi ses éléments marquants, la ville d’Osaka au Japon a déjà été retenue par le Bureau International des Expositions (BIE) pour abriter l’Expo 2025 sur le thème « Concevoir la société du futur, imaginez notre vie de demain », et les villes de Rome (Italie), Moscou (Russie), Busan (Corée du Sud), Odessa (Ukraine) et Riyad (Arabie Saoudite) sont en concurrence pour abriter l’Expo 2030.


Si les innovations technologiques étaient au centre des premières expositions universelles, la coopération internationale multilatérale et la recherche de solutions au grands défis de l’humanité ont rejoint désormais les moteurs des expositions universelles. Depuis la pandémie Covid-19 le monde entier questionne le futur et l’ESSACA, du fait de son positionnement de pionnière des écoles d’architecture privées en Afrique centrale, ne pouvait faire l’impasse d’un tel évènement dont la dimension (197 pays), le thème, et les éléments marquants, sont sources d’inspiration.


Nous espérons, avec toutefois beaucoup de certitude, que l’ESSACA saura capitaliser cette belle expérience au profit de nos villes africaines.


Vue du 125ème étage du Burj Khalifa.

164 vues0 commentaire